BUCCHIGIRI ?! Revue de l’épisode 2 – Mais pourquoi Tho ?

BUCCHIGIRI ?! L’épisode 2 refuse d’atténuer le chaos. Au lieu de cela, la série du réalisateur Hiroko Utsumi (Sk8 the Infinity) et Taku Kishimoto (Blue Lock) continue de fournir des images audacieuses et larges qui penchent pleinement vers l’excès. Avec des décors vibrants, une caractérisation absurde et une expérimentation visuelle enthousiaste tirée de l’histoire de l’anime, la série MAPPA est délicieusement étrange. Chaos en bouteille, l’épisode 2 cimente sa observabilité innée même lorsqu’il est donné à un protagoniste qui a besoin d’être bien secoué.

Cela dit, le fait qu’Arajin Tomoshibi (Genki Okawa) soit en quelque sorte un perdant pathétique ajoute au charme. Il est tellement dans sa propre tête, même si elle est surpeuplée par le génie Senya, en résidence. Alors déterminé à gagner l’affection de Jin Mahoro (Anna Nagase), il ne voit pas son manque d’intérêt. Il est trop confiant en raison de l’aide de Senya, ce qui l’amène à prendre de terribles décisions, comme défier le chef des gangs de l’école. En plus de cela, il est également inutilement froid envers Matakara Asamine (Yusuke Hoshino), son ami d’enfance. C’est le dernier qui pique vraiment alors que nous regardons Matakara faire continuellement des efforts pour réconcilier cette amitié, Arajin ayant apparemment évolué.

Et malgré cela, malgré les défauts évidents et flagrants d’Arajin, il continue à avoir des gens qui l’admirent. Ce ne sont tout simplement pas les gens qu’il veut. C’est d’abord Marito, le chef de la Siguma Squad. Marito est également le frère aîné de Mahoro et lui et Arajin se sont affrontés à la fin de l’épisode 1. Alors qu’Arajin était encore techniquement perdu, il a porté un tel coup à Marito, le laissant entiché. Marito passe l’épisode dans un état de cour hyper vigilant alors qu’il tente de poursuivre Arajin afin de lui offrir une place dans l’équipe Siguma. De même, alors qu’Arajin perd une fois de plus dans son affrontement avec Ken, le chef de l’équipe de Matakara, Minato Kai, il gagne. Ken est terminé. Il écrit « Je suis amoureux » après le duel, la marque du coup de poing d’Arajin gravée dans sa peau.

BUCCHIGIRI ?! L’épisode 2 est une déconstruction délirante de la masculinité toxique. Arajin continue de faire son vœu – son cri de guerre est un plaidoyer pour perdre sa virginité. Il se languit de Mahoro et est dégonflé lorsqu’elle laisse tomber le cristal d’amour qu’il lui a donné. Il perd les combats dans lesquels il participe, qui sont ses tentatives d’affirmer sa crédibilité masculine stéréotypée. Et, au lieu de gagner les faveurs de Mahoro, il a ces membres de gangs musclés qui se plaignent de lui. C’est ce qui fait que certains de ses traits les plus antipathiques fonctionnent, car la série le taquine activement à ce sujet.

Bien que les tentatives du gang pour recruter Arajin constituent l’essentiel du scénario de l’épisode, ce n’est pas le point culminant. Le point culminant est la séquence de combat centrale à mi-chemin avec Matakara contre un autre membre de Siguma Squad. L’animation et la chorégraphie des combats sont magnifiquement rendues. La fluidité du mouvement capture la flexibilité adroite du style de combat de Matakara. Il y a une grâce notable lorsqu’il pivote et tisse pour éviter les coups de poing.

Il s’agit d’une séquence intense dans une série qui établit déjà sa présence visuelle audacieuse. Tout, du street art graffiti dans les paysages d’arrière-plan au style exagéré des personnages, est visuellement fort. La décision d’affiner l’animation de la scène de combat de Matakara est donc délibérée. Plus que tous les autres personnages jusqu’à présent, il est le plus ancré dans la réalité.

Matakara est si adorable que nous souhaiterions presque qu’il soit le protagoniste et que les exploits d’Arajin avec le génie soient un élément de fond. Alors que la faible détermination d’Arajin fait de lui un bon protagoniste comique, Matakara, jusqu’à présent, en est le cœur. Nous en apprenons encore sur ce qui le motive. Il y a des indices dans les détails de la maison de son enfance et dans la peur d’être considéré comme faible aux yeux d’Arajin. Mais Matakara est sans doute le personnage que l’on ressent le plus.

BUCCHIGIRI ?! L’épisode 2 est une suite solide à une première de série qui a déclaré son ton et son style avec immédiateté. Avec un rythme rapide, des gags visuels distinctifs et des séquences de combat captivantes, la série capte notre attention et maintient notre concentration. Il reste encore des éléments qui restent discutables, du caractère peu sympathique du personnage principal au malheureux générique de fin qui reste un choix (lire : un mauvais choix). Mais il est indéniable que la vision à indice d’octane élevé d’Utsumi possède une vie énergétique.

BUCCHIGIRI !? L’épisode 2 est désormais diffusé sur Crunchyroll, avec de nouveaux épisodes chaque samedi.

BUCCHIGIRI ?! Épisode 2

8/10

TL;DR

BUCCHIGIRI ?! L’épisode 2 refuse d’atténuer le chaos. Avec des décors vibrants, une caractérisation absurde et une expérimentation visuelle enthousiaste tirée de l’histoire de l’anime, la série MAPPA est délicieusement étrange. Chaos en bouteille, l’épisode 2 cimente sa observabilité innée même lorsqu’il est donné à un protagoniste qui a besoin d’être bien secoué.

Your Header Sidebar area is currently empty. Hurry up and add some widgets.